Parce que mes pieds sont têtus.

lundi 18 avril 2016

Cheverny: Un marathon Haddock ! *

* Le titre de mon compte-rendu du marathon de Cheverny était choisi bien avant de le courir - Et comme souvent pour mes articles. Quand le titre est trouvé, le reste suit.
Ecrire aujourd'hui sur ce que j'ai vécu au marathon de Cheverny relève du devoir, de l'hommage, plus que du factuel. L'exercice est difficile, tant j'ai donné et reçu d'affect sur cette course très particulière.
Bien que méticuleusement préparée pour mon 4 ème marathon, j'ai couru cette épreuve avec un volcan dans la tête et un boulet sur chaque cheville. 
Toulouse, Paris, puis Lyon* furent courus dans un état de flow très particulier et vecteurs de performance. A Cheverny, pour la première fois, j'ai vécu une course de pur labeur. 
La cause ne trouve sa réponse que dans une large part de ma vie actuelle et restera donc privée.
Si je suis allée au bout de ce marathon en conservant un chrono sous les 3h25 - et en maintenant donc ma sélection France ( IR4 ) obtenue à Lyon, c'est grâce à un coureur que je ne connaissais pas avant de m'arrêter net au 23 ème kilomètre...

Lettre ouverte à Nicolas, mon Saint Sauveur au pays de Tintin.

"Je me suis arrêtée avant. Mais je crois que tu le sais. Je me suis persuadée sur ce premier semi que tout irait bien. Je savais au fond que rien n'allait. Seule. Je me sentais seule. Ça m'est arrivé sur mon 10 km en préparation. Seule. Et j'avais arrêté. Au milieu. Sans prévenir. Net. Arraché le dossard. Pleuré beaucoup. Et puis le lendemain, effacé tout, comme une honte. Rangé ce dix foireux aux oubliettes. Et ça recommençait. Ici, dans le parc du chateau de Cheverny, alors que je m'apprête à courir la seconde boucle du marathon.
Il faudra repasser devant le chateau, là où chacun acclame son coureur. Mari, épouse, enfants, parents, amis. Il faudra reprendre le long ruban forestier qui fait des bosses. Si on lève la tête on voit le devant. Loin. Qui monte. On tournera ensuite, dans le chemin aux ornières. Puis sur cette route bitumée de plein soleil. Prendre les lacets enfin, tourner, compter les mètres qui s'ajoutent aux mètres, grappiller du temps, égrainer les foulées en pensant surtout. En pensant avant tout, de ne pas penser.
Je suis partie confiante. Certaine que ma préparation ferait la différence. Effacerait la fatigue accumulée depuis plus d'un an. Je suis partie forte. Besoin de personne. Je suis partie naïve.
La campagne est belle. Ce marathon est beau ! Oui, il l'est! Coeur de France, village au fier chateau dont les lignes au cordeau ont inspiré Hergé. Je cours à Moulinsart, Sapristi!
Allure relevée. Légère et frondeuse. Sur 5 kilomètres. Et puis les pensées sont revenues. Je ne cesse de comparer. Pourquoi n'est ce pas fluide? Tu sais, comme à Lyon! Tu ignores, alors que tu me suis déjà sans que je le sache, qu'à Lyon tout était si simple. Comme si ce n'était pas moi. Comme si la course était innée, inscrite, naturellement pré-enregistrée dans l'organisme. Elle coule comme le sang, du rouge de la conquête et de la victoire.
Je ne suis que sombre. De ce rouge oxydé qui vire au noir. Gâté.
Chaque ravitaillement est un prétexte. Chaque démarrage est une épreuve. Je repars en pensant au prochain arrêt. Ma course n'est que fragment de fractionnés. Tu le vois. Tu lis. Comment? C'est si troublant lorsque je m'arrête. Tu poses une main sur mon épaule et me conjures de continuer.
Ce sont des choses qui arrivent. La fatigue, la crampe, le classique mur du 3/4. On encourage, on tape  l'épaule en passant, mais on passe. C'est qu'on a un chrono à tenir tu sais, et je suis bien la première, sur route, à ne penser qu'à moi. J'ai bossé, coureur concurrent. Penses-tu que je vais te laisser une place au soleil! Tu crois quoi? Ralentir une seconde, c'est perdre du temps. 
C'est perdre du temps.
Je voudrais te le dire: Ne perd pas de temps Nicolas! File. Oublie moi. Oublie la loque. Elle rentrera en marchant. En coupant par le bois. Pour que personne n'ait à voir l'illustration parfaite de la défaite.
Tu n'insistes pas et c'est dans tes silences ponctués de regards confiants et amicaux que je retrouve la force de relancer.
Tu restes à ma hauteur. Me laisses à mon labeur, Tu pars devant, parfois et je vois bien au fond, que tu attends. Discret. Tu as branché un mouchard? C'est ça! Tu as collé un mouchard sur mon épaule. Chaque pensée négative est court-circuitée par un encouragement. Même quand tu es plus loin devant. Comment tu fais Nicolas? Je veux dire, comment tu lis tout cela? Suis-je si transparente à cet instant? Tu distilles les mots justes. Tu analyses mes respirations. Tu décryptes ma foulée. Patiemment. En ami. En frère. En thérapeute presque. En Humain.
" Tu es une grande coureuse Sophie. Superbe foulée. Quel travail! Tu peux continuer. Continue. Tu dois avoir confiance. Pose ton lourd bagage. Oublie le reste. Ne pense pas Sophie. Tout ce que tu réalises est grand. Tout. D'accord Sophie? Allez, suis moi, on continue! "
Tu lis en moi. T'es-tu rendu-compte de cela Nicolas? Je ne te connais pas, mais tu sais.
Je suis incapable de parler. Au kilomètre 30, en pensant à tout ce qu'il me reste à courir, je panique. Sur-ventilation. Je suis un moteur en perdition. Une mouche fauchée par les pales d'un ventilateur, je suis un râle, un noyé, un atome au coeur du réacteur. Je suis happée par le gouffre que représentent ces 12 kilomètres restants, paniquée par le constat de ce temps qui roule à une vitesse vertigineuse, me laissant collée à la paroi, écrasée par la force centrifuge de ce marathon qui m'écrase la tête et me broie les jambes.
Alors tu restes là. Encore. De tes mots qui n'attendent aucune réponse, tu calmes la tempête. Sur tes conseils, pour la première fois sur une course, je délaisse mon chronomètre. 
Je ne sais pas comment je cours, mais j'avance. Nous passons les chemins, arrivons sur la route. Ton fils à vélo, et à ta demande, exhorte les spectateurs à m'encourager. Je suis submergée de gratitude. Si physiquement je ne suis que ruines, j'ai tout un printemps qui germe sous le crâne. 
10 kilomètres d'Humanité simple et belle. Je ne cours pas. Je sauve mon monde. Je largue mes amarres  et je rame, suivant le fil d'Ariane que tu as tendu, guidée par l'écho de ta foi, égrainant la litanie de mes amis qui attendent au bout du fil, l'annonce de ma nouvelle performance.
Je traine un mur. Brique après brique, je démonte la muraille. Je cours avec la tête, cogne en dedans. Apnée. Arrêt respiratoire. Goulée, reprise. Arrêt. Apnée. Reprise.
Tu me donnes l'ordre. D'un sourire, presque triste mais si confiant. Tu me donnes l'ordre de filer devant, et d'un soupir je promets.
Au détour d'une boucle, juste après le chai, tu encourages encore. Je dois te sembler si triste. Si pauvre, si laide, accrochée à ce radeau que je fais avancer à coup de carburant solidaire.
L'arrivée s'éloigne à mesure que diminue l'amplitude de mes foulées. Je double une féminine, qui me semble si fluide, et qui s'évanouira de façon assez spectaculaire sur la ligne. Je n'ai pas ton pouvoir de lire dans les âmes.
Je grimace. J'ai mille ans quand j'arrive enfin et que j'accorde un regard à ma montre.
Il y a maldonne. Erreur. Un je ne sais quoi qui a déraillé dans le chrono qui s'affiche.
J'ai marché, tellement. Rampé, souvent. Expiré tant et tant. Et pourtant...
J'attends avec anxiété ton arrivée. Je mourrai de ne pas pouvoir te remercier!
C'est toi, encore, qui m'appelle.
Je parle enfin, me livre un peu. Tu écoutes encore, comprends, ne juges rien, portes un regard bienveillant sur mon petit moi, saupoudres ma vie passée, présente et future d'éclats de beau, répètes à quel point ma performance est belle et combien au fond, tu admires le simple fait que je sois restée debout, alors que de toute évidence, mon corps et mon âme avaient renoncé depuis longtemps.
J'ai couru Cheverny. J'ai couru pour moi, pour ponctuer une préparation offerte et travaillée avec passion. J'ai couru pour l'honneur. J'ai avancé par honte, continué pour essayer. J'ai trainé un peu, pour voir. Pour ne pas que tu perdes du temps! J'ai repris confiance, dis pourquoi pas. Admis qu'on pouvait délaisser l'idée même de performance et qu'il était bien plus difficile d'accepter de faire moins bien. Alors j'ai couru pour moi. Enfin. Définitivement. Pour la suite, pour ta main tendue pour rien. Et pour demain.
Je perds quelques secondes sur mon meilleurs temps sur marathon.
Autant dire rien.
Je gagne une leçon d'humanité. Je m'enrichis d'une montagne d'humilité, d' un souvenir lumineux, d' une histoire, encore une, simple et pure.
Combien de fois merci Nicolas, pour cette route. Combien de gratitude. 
Courir est un poème, un roman d'aventure. C'est une scène de théâtre où se jouent comédie et tragédie. 
Un marathon, c'est une douce agonie qui se ponctue de mille soleils. 
Que ta route et celle de tes précieux tiens soit belle Nicolas.
Je voulais te dire. 
Le mental n'est rien.
Sans un souffle bienveillant."











Cheverny
3h24'48"
7eme F/ 5eme FV1
* Beaucoup plus de mordant et de fun dans les compte-rendus de ces trois marathon. Promis !


7 commentaires:

  1. Je crois que maintenant tu as vécu ce que décrit le livre de Tom McNab "la grande course de Flanagan".
    Je suis navrée, je n'ai toujours pas pris le temps de répondre à ton si gentil mail. Mais je suis avec toi.

    RépondreSupprimer
  2. Superbe récit bravo pour votre ténacité

    RépondreSupprimer
  3. Pfffuuufff je pleure à chaque compte rendu !!!
    Celui ci est sublime !!oui, je sais, je dis ça à chaque fois !!
    Nicolas, tu es très fort....oui, on ne se connait pas, pas je te tutoie !!!
    Je t'embrasse très fort Sophie la Kényane !!!

    RépondreSupprimer
  4. De toute beauté Sophie : toi, ton récit, cette expérience que tu sauras transformer en véritable force. Car c'est bel et bien une incroyable force dont il faut faire preuve pour réussir à avaler malgré tout ces 42.195km. Un splendide texte qui rend hommage à Nicolas et dont il doit être en plus de sa médaille, si fier, si ce n'est plus. Et je te souhaite de belles continuations pour la suite Sophie, dans tout. Tu le mérites, tu laisses transparaître une si belle image, une image d'une belle personne que je voudrais bien rencontrer un jour. Des bises.

    RépondreSupprimer
  5. Très émouvante. Merveille de rencontrer des humains humains et une Sophie humble, belle et courageuse.

    RépondreSupprimer
  6. Emu également par ce long tunnel que tu as traversé.
    Sans que l'on le sache sur le moment. Argh..

    RépondreSupprimer
  7. Quelle belle aventure, même si elle fut pleine de douleur. Qui pourra dire après que la course de fond n'est pas une quête ?

    RépondreSupprimer